J’ai depuis toujours un petit faible pour ces textes, publié chez hqn il y a un petit moment déjà. Fruit d’une attirance virtuelle, il fallait être un peu folle pour écrire de telles choses à un inconnu. Je l’étais, je l’assume!